LaTeleLibre.fr

Ma Photo

Exalead

  • Un nouveau moteur 100% français

Blog powered by Typepad
Membre depuis 01/2006

COMPTEUR

« LES SIFFLETS DU ZENITH | Accueil | CADEAU POUR UN 1ER NOVEMBRE »

Commentaires

Gerar158

La vraie question de la présidentielle, en raison des évènements actuels, est : qui sera au deuxième tour face à Le Pen?

Nanni

Et si c'était lui...........Pour pas mal de socialistes, à choisir entre Madame Royal et F Bayrou, le choix est vite fait.
Sa façon de se démarquer de l'UMP est intéressante même si c'est sans doute un calcul politique...

Welles

Et ceci vous connaissez? Cliquez sur Welles et vous verrez et entendrez.

Elisa Jacques

Je vous dit ça comme ça John Paul, mais le titre du dernier post de Daniel Schneidermann est une provocation à mon égard : "L'histoire très ordinaire" fait référence à mon sous-titre "une histoire ordinaire".

Evidemment, j'entend déjà "elle complétement parano" Et je répond : "Compte là-dessus".

En fait, Daniel Schneidermann préfère se foutre de moi, plutôt que de tout simplement répondre.

Désolée mais c'est plus fort que moi et on se débarrasse pas du problème simplement en ne validant les messages.

Bonne soirée.

Elisa Jacques

Je suis bien heureuse de faire chier parce que chez moi : ON EST PAS CHEZ MEME !

Daniel Schneidermann ne vous a pas tout dit sur ses rencontres avec des personnes influentes, en vue de me psychiatriser, en raison de ce que je vous ai écris (envoyé sur votre adresse mail).

Ca m'étonnerais que je tombe. Je suis déjà en bas. Par contre lui, ça ne va pas tarder.

béber

LES SONDAGES

et si le monde était déjà rentré dans une dictature douce, celles des sondages?

Plus besoin de faire voter le peuple puisque les sondages prétendent savoir la moindre de ses intentions en temps réels.

Tin, du coup , j'me demande pourquoi madame parisot, patronne du medef, en a un d'institut de sondage ?

PS : Elisa, si t'as un problème, vaut mieux arréter internet tout de suite... çà en a rendu dingue plus d'un déjà...

sito

Sur François Bayrou il y aurait tellement de choses à dire...

L'eesentiel: il est un symptôme.
Sans doute notre caste politique en est elle arrivée à ce point ou comme disent les Evangiles, "s'ils boivent quelque poison mortel ils n'en éprouveront aucun mal."
François Bayrou en a eu assez, à un moment, d'avaler du poison. Il sentait qu'il en allait devenir insensible, comme les autres.

C'est cela qui en fait de cet HOMME sa dignité.
Dans la même veine un autre HOMME à fait le même constat: François Léotard. Remarquons que François Bayrou va lui succéder à la tête de l'UDF.

Si seulement cet HOMME politique voulait ou pouvait nous dire tout ce qu'il a appris et sait, s'il daignait passer au confessional, le résultat attirerait les foules, comme aux feux d'artifice.

Allons M. Bayrou, encore un effort pour devenir révolutionnaire!!

François Descamps

merci pour vos éclairages, ils sont presque systématiquement, avec un temps de retard (près de deux semaines), repris par les grandes chaines TV.. continuez

Gouga

Cela fait longtemps que Bayrou est un homme bien. Son intégrité parle pour lui : il est "absolument" quelqu'un de bien (je pense) et "relativement" quelqu'un de bien, j'entends par rapport aux gueulards de tous ordres qui entendent la politique comme un défouloir, et un exutoire de leurs ambitions égotiques.

Gouga

> Elisa.
Je ne suis pas très futé, mais je comprends deux choses : vous avez besoin d'audience et besoin d'être rassurée. Finissez donc le boulot que vous avez engagé sur votre site, paufinez vos textes et cessez de minimiser votre folie : cela est vain. Sans doute alors aurez-vous une meilleure écoute. Maintenant, ayez la gentillesse de laissez ce blog en paix pour vos considérations étrangères au sujet proposé.

stephane

Merci, mon cher Gouga pour le délicieux mets dont vous m'avez régalé hier. J'ai dégusté... puis, la palais plein de saveurs parfois exotiques aujourd'hui (blandices, étetage et cie...) j'y ai replongé les papilles en émoi. Délicieux vraiment et fort en épices malgré quelques sucreries. Je prends évidemment le conseil de lecture et, moi qui ai passé quelque temps sur d'utopiques insularités il y a quelques années, l'Analolienne m'avait échappée. Ma table de chevet étant quelque peu surchargée pour l'heure, il va venir enfler une sous-pile mais, dans un avenir raisonnable, l'Atlantide devrait émerger.
Comme je le rappelais dans un message antérieur pour la douce discussion sur Royal, Bayrou fut le seul, en 1999, à prendre la défense des "pelés" et des "galeux" de l'Éducation Nationale... à une époque où la marée d'un consensus fort populaire et très "allègre" emportait tous les journaux (de Libération au Figaro en passant par Le Monde et autres) , les partis et l'Assemblée. Oser lever la voix contre les mégaphones de la Vox Populi fut un acte rare de courage dont peu semblent capables, aujourd'hui, sous d'autres drapeaux. Dont acte.

stephane

Mon cher Gouga,
vous avez les amitiés de la baronne qui m'a chargé de vous transmettre le courrier suivant. Mon accès au blog consacré à Ségolène étant bloqué (des problèmes informatiques liés à la puissance de mon ordinateur, rien d'autre je pense), je vous livre son message qui devrait etre déplacé vers l'autre sujet. Désolé et mille excuses.

BRAVO.
Chère Ségolène,

Merci pour le courage dont vous avez fait preuve en vous attaquant enfin aux racines profondes du malaise éducatif. Il fallait une certaine témérité pour oser affronter ce repaire ranci du corporatisme le plus anachronique, ce bastion du syndicalisme gauchiste attardé, cette impavide forteresse de l’immobilisme qui tente de résister, depuis quelques siècles, aux vents nouveaux de la révolution égalitariste. Le regretté Ministre de l’Education Nationale, pour lequel j’ai conservé la plus haute estime, Monsieur Allègre, fut un des plus intrépides pour tracer cette voie glorieuse, mais il fut la victime expiatoire de son courage : il disparut piétiné par un Mammouth dont les soubresauts l’écrasèrent. Mais vous Ségolène, portée par votre glorieuse aura, par l’indubitable succès qui vous attend, par ce charisme qui illumine, à chaque seconde de cette vidéo éclatante (spectacle que nous nous repassons en boucle mes amis et moi sur notre nouvel écran plasma), nous sommes persuadés que tel Saint George en armure splendide, plein de superbe et de fougue, vous terrasserez l’ignoble dragon. Vous êtes notre Jeanne D’Arc et vous bouterez ces odieux professeurs hors de leurs bibliothèques et de leurs bureaux. Gloire à vous.
Certains démagogues populistes (dont le site de John Paul Lepers est truffé apparemment), dénonceraient le cumul des mandats et les maigres avantages des élus, le pantouflage des énarques, la modeste augmentation que s’étaient accordés les ministres en 2002, les délits d’initié par dizaines, les stock options (quelques millions d’euros par ci, par là qu’est-ce franchement ?), les plus-values mobilières et immobilières des grandes fortunes, les modestes augmentations des patrons du CAC 40, les dérisoires retraites de l’élite des 30 glorieuses (qui auraient conçu réformes et récessions pour les générations futures mais surtout pas pour eux, dit aujourd’hui un ignoble économiste, remettant ainsi sournoisement en cause le « courage exemplaire » d’un Raffarin). D’autres parlent même, les infects diffamateurs, des frais de bouche exorbitants de tel édile financé par les impôts, de financements occultes et de valises pleines que l’on irait dépenser sous d’autres latitudes tropicales au confort désuet ou placer à quelques milliers de kilomètres…. Je vous sais gré, Ségolène, vous qui avez clairement choisi votre camp, de ne pas vous laisser impressionner par cette démagogie pure et ce populisme à tendance communiste ! Car disons le bien fort ensemble, tous ensemble, toutes ces rumeurs infâmes… de la roupie de sansonnet en regard des exorbitants bénéfices des parasites de l’Education Nationale.
Non, vous avez su braquer, avec l’aide de bienveillants amis il est vrai, les projecteurs sur les vrais parias de la société d’aujourd’hui, les responsables du naufrage collectif, de la crise des banlieues, de l’échec scolaire et d’ invraisemblables plus-values de sociétés boursières douteuses: les professeurs de collège. Mon neveu qui est « trader » à la Banque de L’Union Européenne me le disait encore hier : les portefeuilles d’actions des professeurs de collège vont bientôt constituer une véritable menace pour les fonds de pension anglo-saxons. Mon cousin, qui s’occupe de l’immobilier de luxe dans le 7é arrondissement (nous avons beaucoup d’amis en commun dans ce quartier Ségolène), me le confirmait lui aussi : les prix à l’achat ne baisseront pas tant que la demande des professeurs du secondaire continuera à soutenir le marché et vous connaissez les conséquences terribles de cette hausse pour nous, Ségolène…notre patrimoine immobilier n’a fait que doubler en quelques années, nous les pauvres parisiens des quartiers convoités par ces barbares certifiés ou ces agressifs agrégés. Quant à mon frère, qui est en retraite à Hawaï après douze années de dur labeur (il a dû gérer l’héritage familial et vous n’imaginez pas tous les soucis que cela occasionne), il me l’écrivait avant-hier : les plages du Pacifique sont menacées d’invasion par des professeurs de collège français qui, après avoir amassé une fortune rapide aux frais du contribuable, investissent dans les hôtels de luxe aux quatre coins du monde et inondent les paradis fiscaux grâce à la fortune facile de leurs cours particuliers ! Le concessionnaire Ferrari de mon quartier m’a précisé d’ailleurs qu’en dehors de quelques vedettes télégéniques, de quelques industriels et d’un gagnant du loto, le « principal vivier de clients » vient de l’Education Nationale et tout particulièrement d’une nouvelle génération promptement enrichie grâce à des Sociétés douteuses de soutien scolaire « cotées en Bourse ». Quelle horreur !
Merci donc Ségolène, d’avoir su attirer l’attention sur les vrais privilégiés d’aujourd’hui, sur ces ignobles profiteurs qui sont payés de plus pour voyager ! On me dit ainsi qu’une fois leur concours passé, on leur paierait un voyage gratuit pour aller visiter les banlieues parisiennes ; alors que moi par exemple, Baronne Gibot de la Gatouserie, personne ne m’y a jamais invitée ! Il me semble que cela devrait aussi être dénoncé. De plus on leur proposerait des séjours exotiques où ils auraient le bonheur de connaître la diversité des peuples et des cultures alors que nous sommes de plus en plus confinés dans des ghettos pour gens de notre monde.
Mais comme je sens que votre courage ne s’émoussera pas si vite, porté par un élan unanime que je pressens grossir, tout autour de moi, je voulais vous demander d’aller encore plus loin dans la dénonciation des privilèges et des privilégiés. En bas de chez moi, dans ce quartier des Invalides qui m’est cher, on a installé l’hiver dernier quelques tentes assez peu esthétiques et d’un confort tout à fait déplacé. Un confort à l’évidence excessif. Quelques oisifs s’y prélassent à longueur de journée et étalent au grand jour les remugles et les reliefs encombrants de leurs festives bombances. Vous qui êtes courageuse, Ségolène, je vous prie d’y remédier et, sans leur dire maintenant bien sûr, vous pourriez peut-être leur prévoir quelques occupations parascolaires, dans un avenir proche.

En vous remerciant encore pour votre courage et une loyauté dont je ne doute plus désormais, je vous prie de recevoir, les très distinguées salutations de la Baronne.
Bises royales.

P. S Mon frère qui est un fin politicien m’affirme que le syllogisme dont vous avez usé fera école.
A: Certains professeurs (1 ou 2 %) donnent des cours de soutien dans des instituts privés, « cotés en bourse » (quelle infamie, je vous rejoins ! )
B : Or les enfants du public (rassurez-moi , Ségolène, les vôtres comme les miens n’ont pas fréquenté ces ignobles écoles pour pauvres ? ) ont besoin de soutien.
C : Donc tous les professeurs de collège feront 35 heures.
Mon frère m’affirme que ce raisonnement est une pure merveille logique qui va lui permettre d’augmenter les horaires de ses collaborateurs et il vous exprime toute sa reconnaissante gratitude ! Il a en effet un ouvrier qui fait du travail au noir ! Ces gens sont vraiment ignobles ! Eh bien : il a convoqué hier tous les ouvriers. « Certains d’entre vous travaillent au noir pour repeindre des appartements. Or l’usine a besoin d’un coup de frais. Donc vous passerez tous vos samedis désormais à faire de la peinture pour mon compte ». Imparable et magnifique. Il n’avait jamais osé jusque là. « Elle est géniale » a-t-il exulté, Vive Ségolène ! Il paraît, mesurez l’ingratitude du menu fretin, que certains ont osé protester.

Baronne Gibot de la Gatouserie (dite baronne GG)

stephane

À propos d'Ile des Pingouins, avez-vous vu hier votre homme, François Bayrou patauger sur la 2. Il est vrai que face à Arlette certains animaux prennent l'eau mais...
De grace, Gouga vous qui etes gars de gout, evitez ce vocabulaire de corbeille ou de salle de presse :" borderline" ! Ne vous laissez pas aller ...la contrition ne sied pas vraiment aux ironistes talentueux. Retrouvez vite votre verve.

cookie

cher Jean Paul.
je ne suis pas du tout" disons de la même famille politique" que vous. amis depuis des années sur Cplus , j'ai suivi vos reportages. et avec plaisir j'ai toujours admiré votre travail et votre déontologie, et surtout votre recherche honnête sur les personnes que vous avez rencontrer c'est peut être pour cela que vous faite peur.
pourquoi votre travail sur Ségolène n'est pas rediffusé. mieux que tous les livres il donnerai sans méchanceté sa vrai nature.
j'aimerai que vous puissiez faire un regard croisé sur tout les candidats. avant que le travail des vrais journalistes soit interdit et que la campagne off commence.
j'ai commencé a travailler a 14 ans en 61 a l'AFP et certains journalistes mettaient en avant le respect de l'autre.
merci et amitiés
georges teran

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.