LaTeleLibre.fr

Ma Photo

Exalead

  • Un nouveau moteur 100% français

Blog powered by Typepad
Membre depuis 01/2006

COMPTEUR

« DÉBAT ROYAL-BAYROU | Accueil | QUI EST NICOLAS SARKOZY? »

Commentaires

John Paul

SUITE DU TEXTE SUR SÉGOLÈNE ROYAL


« UNE FEMME, ÇA CHANGE »

Le monde change. Après l’élection d’Angela Merkel au poste de chancelière d’Allemagne, Michelle Bachelet clamait : « Le temps des femmes est venu » pendant sa campagne électorale au Chili, et dans ce pays particulièrement catho et macho le pari n’était pas gagné. Jadis un handicap pour les postes à responsabilités, le fait d’appartenir à ce qu’on appelait autrefois le « sexe faible » est en passe de devenir un argument électoral. Le 17 octobre 2006, Emmanuel Kessler, journaliste de La Chaîne parlementaire (LCP), termine le premier débat télévisé pour l’investiture du candidat socialiste, qui oppose Laurent Fabius, Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal, par une question à la candidate :
– Ségolène Royal, pour conclure, ce qui fait votre différence ?
– Ce qui fait ma différence, c’est déjà aux autres de le dire. On est parfois peut-être les plus mal placés. En tout cas, il y en a une qui est visible, sur laquelle je n’insisterai pas…
La seule différence que Ségolène Royal trouve à dire, c’est donc son corps, son sexe. L’argument n’est pas du niveau d’un débat politique, mais Ségolène, particulièrement attentive aux enquêtes d’opinion, sait très bien que la principale motivation de ceux qui déclarent, à ce moment de la campagne interne, vouloir voter pour elle, c’est qu’« elle est une femme ». Être une femme aujourd’hui en politique, c’est presque devenu un programme en soi… « Je crois que je corresponds à quelque chose qui est dans l'air du temps », avait d’ailleurs avoué Ségolène Royal lors d’un autre entretien. D’une certaine manière, les Français, lassés par le personnel politique « homme », envisageraient de changer de marque en prenant « femme ».

Les puristes du débat démocratique s’insurgent contre cette « démocratie d’opinion », qui serait une menace pour les partis et les idées qu’ils défendent, puisque par définition l’opinion publique est versatile. Pour eux, le Président élu incarne des choix politiques et doit prendre des mesures qui quelquefois sont impopulaires. Ceux-là espèrent encore que la « bulle » Ségolène va exploser en vol, car pour eux la présidentielle n’est pas un « concours de beauté » et les Français vont se lasser du sourire Colgate de la dame du Poitou. Mais les Présidents successifs ont tellement « oublié » leurs promesses lorsqu’ils étaient au pouvoir que les citoyens ont peu à peu désertés le collectif pour se recroqueviller dans leurs intérêts particuliers. Ainsi, Ségolène Royal mais également Nicolas Sarkozy ont tous deux pris l’option de se retourner vers le peuple en répondant à ses aspirations du moment, avec le risque du « peopolisme », une nouveauté en politique, à la croisée du populisme et du vedettariat.
Mais quand Sarkozy le combattant choisit la « rupture », il est vrai, depuis peu, « tranquille », Royal la séduisante propose les « désirs d’avenir ». Avec leurs slogans respectifs, le premier incarne la décision mais aussi la désunion, quand la deuxième fait appel à l’envie et à l’appétit. Et quand on regarde la femme, comme elle nous y invitait lors du premier débat sur La Chaîne parlementaire… du désir, il peut y en avoir !

De l’avis général chez mes confrères journalistes, la gracieuse Ségolène peut de temps en temps jouer de son pouvoir de séduction. Que ce soit en région Poitou-Charentes ou au niveau de la presse nationale, ses sourires et son regard en ont troublé plus d’un. À la fin d’une séance du conseil général à Poitiers, je me trouvais face à la présidente, aux côtés de Didier Monteil, un journaliste de La Nouvelle République, qui lui posait quelques questions. Devant le sourire figé de Mme Royal, un peu agaçant à la fin, je me suis adressé à mon confrère :
– Elle utilise la séduction auprès de vous, ici, en région ?
– Ah oui, elle joue de la séduction, mais ça marche ou ça ne marche pas, ça dépend des journalistes.
Je me retourne vers elle, elle ne sourit plus. Son visage s’est fermé. Dur.
– Non, je ne suis pas dans un rapport de séduction, je suis dans le débat intellectuel.
– Vous voyez, là, eh bien, vous ne souriez plus quand on vous parle de ça.
Personnellement, je me suis retrouvé à deux reprises en situation « limite » par rapport à cette fameuse séduction. La première fois, c’était sur le marché des Hérolles, un tout petit patelin à la limite ouest du département de la Vienne, célèbre pour son marché de moutons et de brebis. Au petit matin, la présidente de la Région et sa suite se sont régalés d’une tête de veau sauce gribiche, arrosée de vin rouge et de café au lait… Puis, en se baladant sur le marché, « Ségo », comme on l’appelle dans les campagnes, s’intéressa de très près à de superbes fouets en cuir de bœuf, généralement utilisés dans ce coin de France pour conduire les troupeaux.
– Ils sont beaux, ces fouets ! confie-t-elle discrètement à son voisin.
Mais, sentant peut-être qu’elle est observée, elle se ravise et, en rigolant sous cape :
– Je ne vais quand même pas acheter des fouets devant tout le monde…
Avec l’équipe, on s’est regardés. On imaginait bien l’image de Royal avec son fouet à la main pour dompter les « éléphants » socialistes ! Mais la visite des étals continue. Cette fois, un charcutier a arrêté le petit cortège et, tout en découpant quelques belles tranches de jambon cru, il lance d’une voix de commerçant fier de sa marchandise :
– C’est pour la prochaine présidente de la République !
À part un petit rire, la présidente de Région ne répond pas. Nous sommes début 2005 et elle n’a même pas déclaré qu’elle pourrait envisager sa candidature. Je m’approche.
– Alors, madame Royal, ça vous intéresse ?
– Quoi donc ?, me répond-elle d’un air ingénu.
– Ben, d’y aller, de faire campagne pour la présidence de la République !
Et là, je ne sais pas ce qui lui prend, mais avec un sourire coquin elle approche sa main droite de ma joue et… me fait carrément une petite caresse sur le menton ! Une toute petite, genre « cajolette », mais quand même ! Je suis resté sur place comme deux ronds de flan. Elle est repartie en rigolant.
En avril 2006, elle m’a refait le coup. Nous étions à Cambrin, une bourgade du Pas-de-Calais, elle avait fait un de ses discours faciles à comprendre mais un peu creux, genre « Travail-Famille-Nation », et à la sortie, alors qu’elle n’avait voulu répondre à aucune des questions des journalistes présents, je lui demande :
– Pourquoi vous êtes venue ici, madame ?
– Mais c’est pour vous, voyons…
Et hop ! une nouvelle caresse, et avec la paume s’il vous plaît ! Non mais, je rêve ! Cette fois, j’ai protesté.
– Ah, non ! on ne touche pas les journalistes, madame ! C’est interdit !
Rien à faire, là, j’étais grillé. Frank Bayard, le même cameraman qui avait filmé la première caresse, me fit comprendre qu’il avait tout compris. D’ailleurs, la rumeur a commencé à courir un peu partout dans le milieu des journalistes : « John Paul Lepers serait l’amant caché de Ségolène Royal. » Un poil flatté, j’ai laissé courir, mais ici je vous dois la vérité : il n’y a jamais rien eu… sauf les deux petites caresses, qui, elles, sont filmées. On arrête ici les bêtises, mais j’en tire une conclusion. Pour la première fois, les journalistes masculins doivent faire face à une nouvelle forme de pression : la séduction des femmes politiques ; c’est nouveau pour nous, mais pas pour nos consœurs.
Car, en France, les histoires d’amour entre le personnel politique et les journalistes sont un sport national, avec leurs champions : Giscard, Mitterrand, Chirac et plusieurs de leurs ministres respectifs. Et, comme jusque-là les principaux politiques étaient des hommes, les aventures se sont plutôt concrétisées avec nos copines journalistes. Les quelques femmes politiques qui ont réussi à se faufiler à travers le filet de sélection ultramachiste de notre République mettaient un point d’honneur à ne pas trop exposer leur féminité. Veste et pantalon ou tailleur strict, le plus souvent bras couverts, les femmes se conformaient jusqu’à présent, comme leurs homologues masculins, à un uniforme laïque, peu sexué. Seule fantaisie, la couleur, et pas toujours du meilleur goût. Paradoxalement, c’est Ségolène Royal, la « mère la pudeur », comme l’avaient surnommée ses amis socialistes suite à ses prises de position contre les pubs racoleuses dans la rue et les strings à l’école, qui a innové : jupes en mousseline, chemisiers légers, escarpins à fines lanières.
Entendons-nous bien, Ségolène ne drague pas les journalistes, elle cherche à séduire l’électeur, comme tout candidat. Elle a donc particulièrement travaillé son look lors de ses apparitions publiques. Longtemps elle a eu une appréhension à parler en public ; elle a fait des progrès, mais on reste encore loin des talents de tribun de François Mitterrand hier ou de Nicolas Sarkozy aujourd’hui. Alors Ségolène compense avec des mots simples et doux, des longs silences, des larges sourires et une proximité presque familiale.
C’est à Frangy-en-Bresse, fin août 2006, lorsqu’elle fut accueillie à la fête de la rose par Arnaud Montebourg, que j’ai repéré sa technique. Voici ses premiers mots, face à un public qui n’est pas le sien et qui n’a rien compris au brutal revirement de leur mentor, le député Montebourg, qui venait quelques jours plus tôt, et sans concertation, de rallier le camp de cette femme qui se présentait devant eux habillée de blanc.
– Vous êtes là ?
– Oui ! répondent quelques voix dans la foule.
– Vous êtes contents ?
– Oui ! [Ils sont plus nombreux.]
– Moi aussi, je suis heureuse de vous voir si nombreux… Votre présence est un trésor, qui ne me donne que des devoirs et aucun droit… Et je me dis, en vous voyant, que ma première responsabilité, c’est d’être tout simplement à la hauteur de ce que vous êtes, aussi nombreux, de votre gentillesse, de votre générosité, de votre patience aussi.
Il y a du mystère dans cette silhouette fragile, immaculée, quelque chose d’hypnotique dans son phrasé où chaque mot se détache, flatte et enveloppe son auditoire, conquis sans que presque rien ne soit dit, juste de l’amour. Nous sommes aux antipodes du bateleur en costume sombre qui martèle ses mots et emporte l’adhésion par la force de ses arguments.
Quelques jours après sa brillante désignation par les militants socialistes, au mois de novembre 2006, Ségolène Royal me recevra dans son bureau de l’Assemblée nationale. Intrigué par sa réussite, je commence bille en tête :
– Nicolas Sarkozy, que vous devez maintenant affronter, est un redoutable politique, qui a beaucoup d’expérience. Comment comptez-vous rassurer les Français par rapport à cet homme qui apparaît plus structuré que vous ?
– Il n’est pas plus structuré, il a des moyens, il a l’UMP, il a le ministère de l’Intérieur, le gouvernement, certains groupes de presse, il a la puissance de l’argent, il a le patronat, il a des moyens que je n’ai pas. Mais moi, j’ai la croyance dans l’intelligence collective des Français, voilà.
– Vous, c’est le peuple, en fait ?
– Voilà.
– C’est magique, un peu, vous ?
– Pourquoi ? Pourquoi les femmes seraient magiques ?
– Quand vous parlez à la tribune, vous n’avez pas une très bonne voix, vous n’êtes pas très bonne oratrice, par rapport à lui. Il y a une part d’irrationnel. Est-ce que vous le ressentez, ça ?
– Non, ce n’est pas du tout irrationnel, c’est un mépris pour les gens de dire ça. C’est tout à fait sensé, fondé, ça s’explique.
– Vous ne pensez pas qu’il y a quelque chose comme un magnétisme qui peut passer entre un candidat et une foule ? Il y a quelque chose d’irrationnel dans ce magnétisme.
– Mais non, mais pourquoi moi ? Ce n’est pas un peu misogyne, ça ?
– Pourquoi ?
- Les gens ne sont pas inintelligents.
– Je ne dis pas que vous êtes une sorcière !
– Ben ce n’est pas loin ! Pourquoi « irrationnel » ? Pourquoi, dès qu’une femme parle, c’est irrationnel ? Ce sont les vieux relents… Bientôt vous allez dire « hystérique », ou « folle ». Non, les gens, ils écoutent peut-être parce que je dis des choses intéressantes…
– Quand on regarde les gens autour de vous, on voit leurs regards, il y a une vraie espérance.
– Oui, une ferveur, une chaleur, un bonheur, une espérance. Il y a un souffle d’air. Oui, bien sûr, parce que c’est le renouveau, c’est quelque chose de neuf, c’est audacieux, c’est révolutionnaire, les gens s’étonnent eux-mêmes de leur propre audace. Ça intéresse aussi beaucoup de pays étrangers, ce qui est en train de se passer, beaucoup d’étonnement, bien sûr.
– Pourquoi ils regardent, à votre avis ?
– Le fait qu’une femme soit investie, c’est étonnant.
– C’est étonnant, oui, mais ce n’est pas suffisant, vous êtes d’accord avec moi, pour exercer le pouvoir. Et vous n’avez pas peur, justement, de cette demande de changement, qu’ils se disent : « Pourquoi pas une femme ? » et, quelque part, c’est comme une envie de consommation, si vous voyez ce que je veux dire. On ne prend plus un homme, on prend une femme…
– Non, mais c’est à moi de donner du contenu.

Cette fois, nous sommes bien d’accord, il faudra que la candidate Royal donne du contenu à son joli discours pendant cette campagne et, de l’avis même de son entourage, ça commence à urger ! Sinon la bulle pourrait effectivement exploser.
Enfin, on l’a vu encore une fois, Ségolène use et abuse du machisme présumé de ses interlocuteurs. Elle n’a pas toujours tort, mais il est de plus en plus clair que, dès qu’une question la gêne, soit elle esquive, soit elle a une phrase bien rodée du genre : « Pourquoi vous dites ça ? Parce que je suis une femme, je ne serais pas capable ? » Et toc ! Comme si, parce qu’elle est une femme, elle était capable de tout et ne faisait jamais d’erreurs.
En coulisses, j’imagine Nicolas Sarkozy et son armada de conseillers préparer la réplique qui tue quand, lors d’un débat télévisé, elle lui sortira son argument massue. Une passe d’armes qui pourrait avoir lieu entre les deux tours s’ils se retrouvent face à face…

anne

Alors, ce face à face d'entre les deux tours a eu lieu.
Qu'en pensez-vous ?
A-t-elle joué à la femme gênée ? soumise ? enjoleuse ?
Dès les premières minutes du débat qui partait piano piano avec Sarkozy, elle est partie bille en tête. Je me suis dit Waouh ! elle est en train de lui rentrer dedans dès le début, bousculant le plan de l'échange, l'attaquant sur son bilan, le positionnant comme le candidat sortant devant répondre de ses actes !
J'ai trouvé qu'elle avait mené le tempo tout au long, obligeant Sarkozy à chercher un peu de réconfort du côté des journalistes !
non, ce n'était pas la faible femme incompétente face au ministre plein d'expérience !
Quel punch ! quelle combativité ! le regardant droit dans les yeux.

Chapeau !

vinz

...Et non, elle n'aura même pas eu besoin de le sortir son "parce que je suis une femme, je ne serais pas capable ?" car le débat a été contrôlé par les 2 orateurs . Hormis son 'dérapage'(contrôlé et anticipé?) sur le handicap, les 2 protagonistes m'ont paru des élèves appliqués tentant davantage de ne pas décevoir que d'être percutant et incisif...
John paul, alors toi qui l'a vu de très près apparemment, elle est bonne Ségo?!? Je rigole bien sûr, mais j'aimerai savoir quand même si, à ton avis, Ségolène qui a bien compris les mécanismes d'utilisation des médias a aussi bien assimilé ceux du pouvoir.

trabut

enfin. sarkozy a trouvé à qui parler. et une femme, comment toutes les femmes ne se retrouvent-elles pas en elle ? moi, 64 ans, que votre blog intéresse, comme tout ce qui est vie m'intéresse, je la trouve formidable, elle ne sait pas tout, elle fait des lapsus, et alors, elle est humaine. super !

Urtubia

Le débat d' hier a mis en lumière le manque de rigueur et de pragmatisme (pour ne pas dire la faiblesse) du pacte présidentiel au niveau économique. Même si au niveau des PME Ségolène Royal, s' en est bien sortie.
Pour ce qui est de la fiscalité et du fameux bouclier fiscal, j' ai apprécié ce lapsus "révélateur" du candidat Sarkozy: “ Ce que je propose c' est pire“.
A l' inverse, il a permis de mettre en relief la vision moderne de la société et de la politique qui est dans ce pacte.
Au niveau des institutions, de l' enseignement, de la recherche, du lien social et de l'environnement.
D' ailleurs je ne sais pas si vous avez relevé ces deux énormités que Sarkozy a dites: " vous savez cette fameuse histoire des gaz à effets de serre", comme si cela était plus digne d' une rumeur , d' un on dit que d'une réalité qui met en jeux
l' avenir de l' Humanité !
Une autre "bourde": "le nucléaire est une énergie propre", et les déchets nucléaire ils sont propres !
Mr Sarkozy montre bien là sa méconnaissance ou pire son indifférence envers ce sujet.
En ce qui concerne une analyse plus comportemental, malgré une première heure très délicate, ou Sarkozy a été meilleur, plus concis et maîtrisant mieux son sujet (l' économie comme par hasard), à la moitié du débat Ségolène Royal a repris la main.
Mr Sarkozy n' a quasiment jamais regardé Mme Royal, est ce par crainte de l' adversaire ou crainte de commettre un impaire, vu qu' il s' était donné pour objectif de paraître "cool, zen, lexomil". Peut être est ce de la suffisance ou une forme de mépris envers sa contradictrice (à vous de vous faire une idée).
Par contre Ségolène Royal, n' a jamais "baissé" les yeux et à toujours gardé une position plutôt "dominante" avec ce moment de tension sur le sujet de scolarisation des enfants handicapés, ou tel un enfant pris la main dans le pot de confiture, Mr Sarkozy regardé ses fiches à défaut de pouvoir regardé ses chaussures.
Il a aussi concédé des "oui maîtresse" à propos des régimes spéciaux des parlementaires et en préambule de sa conclusion, il a lui même reconnu je cite: “la compétence de Mme Royal, qui lui a attirer des critiques dans son parti".

Je pense donc que Ségolène Royal a évidemment rassuré ses électeurs et sympathisants mais a aussi montrer qu' elle avait la stature nécessaire pour être chef de l' Etat, car ou était le "monstre" politique qui fait plié ses opposants, qui devait la ridiculisée ?
J' ai vu un petit garçon consciencieux dans son travail, appliqué qui s'est efforcer de paraître "aimable" et pondéré mais qui n' a pas été à la hauteur de ce que l' on pouvait attendre de lui. Elle a réussie à montrer qu' elle pouvait être ferme, volontariste, et pouvait tenir "le pavé face à un homme politique redouté" à qui elle a même fait la leçon sur 2-3 points !

En ce qui concerne l' électorat de Mr Bayrou, il serait peut être judicieux pour le PS, d' annoncer que pour preuve de l' ouverture vers la modernité politique et la prise en compte du résultat du premier tour et aussi par respect pour cet électorat et en tenant compte des critiques à propos du programme économique de la candidate, pourquoi ne pas proposé de confier le ministère de l' économie à un UDF ?
Donnant ainsi des garantis sur le soucis de la candidate de trouver un juste équilibre entre le coeur et la raison.

sibemol

D'après PPDA, Ségolène Royal ne regardait pas son adversaire mais "visait" à côté.
Sarko n'arrivant pas à capter le regard de son adversaire, se réfugiait dans celui des journalistes.

Quant à sa prestation, pour la juger correctement, je pense qu'il faut attendre de consulter les partenaires sociaux.

Sinon, sur le nucléaire, c'est match nul, hein, même absence, et expédiée avec des fiches non comprises. Pour eux, apprendre une fiche sur l'écologie, c'est une punition, faut les comprendre.
Mais pour nous, écologistes, c'est une punition de voter pour eux, faut nous comprendre...

charly

Les mensonges de la candidate socialiste.
Lors du débat qui l'a opposé à Nicolas Sarkozy la candidate socialiste est sortie de ses gonds en mettant en cause violemment la moralité de son contradicteur à propos de la scolarisation des enfants handicapés dans les écoles de la République.

Cette fausse colère était en fait fondée sur un triple mensonge :

-C'est la loi du 11 février 2005 qui à prévu l'inscription des enfants handicapés dans l'école de leur quartier. Le Parti socialiste et Madame Royal ont voté contre cette loi pourtant saluée par toutes les associations de personnes handicapées.

-Le nombre d'enfants handicapés scolarisés dans les écoles est passé de 89 000 à l'époque où la candidate socialiste était ministre de l'enseignement scolaire à 160 000 à la rentrée 2006.

-Le nombre d'auxiliaires de vie scolaire pour accompagner ces enfants est passé quant à lui de 4700 à l'époque de Madame Royal à 8388 soit une augmentation de plus de 80%.

L’indignation de la candidate socialiste accusant la droite d’avoir remis en cause une politique qu’elle aurait initiée en faveur des enfants handicapés était donc parfaitement feinte et fondée sur de graves mensonges.

Voilà qui devrait éclairer les Français sur la personnalité réelle de celle qui aspire à gérer notre pays

Oxygène

La démonstration a été faite devant 2O millions de téléspectateurs que les arguments machistes, les ragots, le mépris,la haine contre Madame Royal étaient infondés. Sarkozy a trouvé une adversaire qui le dépasse de la tête et des épaules et, quel que soit le résultat dimanche, il faudra désormais compter un poids lourd dans la vie plitique française : Ségolène Royal.

Chris

Merci John-Paul pour tes saines réactions et analyses objectives.
Je comprends aussi que ton intégrité de journaliste ait été quelque peu émoussée… mais il faut aussi parfois accepter, ou permettre, le touché !
Dans nos sociétés qui se déshumanisent, il arrive qu'un regard, ou un geste remplace avantageusement bien des paroles…

Sans abuser du privilège jounalistique, es-tu conscient du plaisir que ta procuré ce simple contact ?
(Même ton caméraman aurait aimé ressentir ce frôlement affectueux dans ce monde de brutes !).

D'ailleurs, avez-vous remarqué le changement de comportement du petit Nicolas depuis un mois ?
Moins agressif, ton modéré, yeux doux, zen attitude, maquillage parfait, bref, un produit parfaitement "marketé" sauce américaine… (OGMisée, irradiée et totalement stérile !).

Ne nous laissons pas berner, Ségolène aura ma voix.

Stéphane

@Oxygène : Bonjour.

Je suis persuadé au contraire que Ségolène Royal va retomber dès lundi dans l'obscurité. Les éléphants du PS seront trop heureux de pouvoir lui coller ce nouvel échec de la gauche sur le dos, et elle sera renvoyée à sa région. Il restera à l'opposition à se trouver un nouveau chef de file. Hollande ? Strauss-Kahn ? Fabius ? On reviendra finalement à la situation de départ, et l'épisode Ségolène Royal n'aura été qu'une parenthèse.

warren

Merci de continuer à vos battre et à prosélyter !
Putain, votons, et pas n'importe comment !

http://auteurrate.canalblog.com/

LANCELO

OUAH !!! Quel niveau !

Je me suis surpris à avoir lu (en entier!), avec beaucoup d'intêret, des commentaires aussi long. Bravo m'ssieurs dames !

Un petit commentaire simpliste : allez voir ou écouter l'Itv d'APATHIE ce matin sur RTL, ou plutôt les questions des auditeurs.
Une dame, qui a voté sarkozy, votera ROYAL.
Mettre son enfant handicapé à l'école lui coûte 2000 euros par mois. Alors on a peut-être - sûrement même - 2 fois plus d'enfants handicapés scolarisés, mais l'éducateur qui doit les accompagner ne semble pas pris en charge par l'état.
La loi de 2005 a été impulsée par CHIRAC dont on connaît les tourments qui affectent leur famille.

Mme ROYAL a commis des erreurs pendant le débat mais au diable la dette !!!

N'y a-t-il pas quelques valeurs qui méritent autre chose que de faire des économies ?

Signé Sylvain qui a l'étrange sentiment de colère similaire au 21 avril 2002 ...

Marina

Les propos de Mme Royale qui visent à faire croire que la France va être brutale et violente si elle n'est pas élue sont purement dangereux et pathétiques. J'y vois même un appel à la révolte populaire.

ET maison

Jean-Paul, bonjour ... Passionnant, j'ai tout lu et je m'en étonne encore. Mais, bon, c'est aussi probablement beaucoup de vécu et d'expériences enrichissantes pour partager avec d'autres. Définitivement, pour ma part, mes amis, ma famille, mes clients,..., et après l'interview de ce matin sur RTL et les confirmations durant tout ce vendredi par elle-même et ses lieutenants, je me refuse à cautionner tant d'incompétences et d'irresponsabilités. La cellule familliale est la structure de base de la société ... LA société n'acceptera pas que l'on détruise la nation au titre d'une soit disant "résistance" à des idées non partagées. La Démocratie (qui régit l'organisation politique et sociale) et la Liberté (qui est le meilleur facteur de développement) nous préservent ensemble de toutes dérives gravissimmes. La sanction dimanche soir sera sévère pour les apprentis insuffisamment respectueux des autres. La lecture de toutes ces lignes est la confirmation de ce que je craignais. Nous avons affaire à une illusion et les carresses ne suffisent pas en nous en faire partager le réalisme, même virtuellement. Définitivement et ce soir, non décidément, je choisirai pour mon pays, un homme, dynamique, petit certes, mais un homme vrai, ambitieux pour lui même, mais ambitieux d'abord. Sereinement dimanche soir, nous allons tous ensemble transformer la France. Tous ensemble, parce que, ensemble, c'est juste le plus grand dénominateur commun.

Que personne n'ose confisquer le résultat, ni par terrorisme, ni par passion, ni par incompétence.

tiktik

@Marina

Avant de voter sarkozy, je vous conseille de lire le livre d'azouz begag.
Vous comprendrez alors, je l'espère, qui représente un vrai danger...

Les mots violents qu'a utilisés sarkozy pendant la campagne, la flatterie de ce qu'il y a de plus sombre chez l'être humain: les "moutons" dans les baignoires, les paresseux qui ne se lèvent pas le matin, l'utilisation de la douleur intime des gens à des fins électorales comme sa visite indécente, sous l'oeil des caméras, à la mère d'une jeune fille tuée, mai 68 qu'il faut "liquider", les adversaires politiques qui sont (rétorique fasciste) "du côté des tricheurs et des fraudeurs", les pression surréalistes dans auprès des médias pour empêcher le débat avec Bayrou...

Déjà oublié ?
Tout cele ne vous choque pas ?
Vous avez décidément l'indignation bien sélective.

Dans l'histoire, les gens qui n'étaient mus que par une ambitions personnelle nous ont toujours menés à la catastrophe.

Allez consulter les sites des néo-conservateurs US (weekly standart, washintown times...)et vous comprendrez qui le soutient...avec le MEDEF et les patrons du CAC.

De son côté, Ségolène Royale a une personnalité qu'on peut ne pas apprécier. Mais ce qui l'intéresse, manifestement, elle, c'est le pouvoir pour FAIRE.

Elle est beaucoup plus mobilisée par l'action publique que Sarkozy, qui, lui fait de la "com" (et pour être de la partie, je peux vous confirmer que ses lois multiples (on nous en promet encore de nouvelles alors que tous les décrets d'applications de la dernière ne sont pas pris) sont très mal appliquées, ...et c'est pourtant ça son boulot de ministre...

Sarkozy président ?

Il se servira. Il règlera ses comptes. Il laissera le MEDEF proposer sa politique économique (parce qu'il n'a aucune conviction propre sauf celles de son milieu social) et ce sera la cata....
Pour conserver sa popularité, il fera de temps en temps de petites sorties contre les jeunes des quartiers, aggravant de ce fait la fracture républicaine.

C'est effectivement un véritable danger dont il est étonnant que vous n'ayez pas encore confiance.

Ne vous êtes vous jamais demandé pourquoi ce type avait été quasiment le seul invité de toutes les émissions politiques de ces dernières années, se voyant même offrir 3 heures d'antenne la veille de l'ouverture de la campagne par Arlette Chabot ?

Vous êtes d'une naïveté confondante.

Il était du devoir de Ségolène Royal de rappeler la situation.
Il ne sera jamais mon président !!!!


Mère louve

Dans un cas on a un homme, accusé de violer la loi, de menacer régulièrement ceux qui le contrarient, très lié au patronat. Il propose cependant des actions concrètes pour sortir la France de l'ornière : politique économique plutôt convaincante, changer cet état d'esprit de français assistés, favoriser l'entreprenariat et le dyamisme. Permettre à ceux qui le souhaitent de travailler davantage (malgré le risque que le salarié n'ose refuser) ou plus longtemps (retrainte). en ce qui me concerne je me ferai enfin payer les heures sup que je fais gratos!

En face, une femme qui, à mon sens, a un mode de pensée plus moderne, plus transversal, favorisant la concertation, se rapprochant du développement durable (c.a.d pour chaque projet évaluer les impacts économiques, sociaux et environnementaux) mais le "comment" est pour le moins flou et n'inspire pas confiance. Les idées sont plus séduisantes mais ne servent qu'à plomber la France si nous n'avons pas les moyens de les mettre en oeuvre.

Sans parler du fait que tous 2 ne sont pas brillants à l'international (niveau d'anglais honteux)

Sincèrement je n'ai envie d'aucune de ces 2 personnes comme président(e) de la France. Que faire ????? voter blanc ?????

Hobby31

Hé mère louve
Apparemment à l'étranger Ségo est très bien ressentie et puis elle sera toujours mieux que Douste parce que en ce moment je ne sais pas de quoi on a l'air, mais je m'en douste un peu

Prenez le bon bulletin

Bene

Et n'oubliez pas : la femme est l'avenir de l'homme :-)

Bene

Je fais confiance à Ségolène pour bousculer la pensée éléphantesque.

Et je tiens trop à mes libertés. La loi Sarkozy de 2003 permet de prendre l'ADN des contestataires et des enfants qui volent des jouets dans un hypermarché.

Pour moi, c'est bien plus grave que gagner 100 euros de plus chaque mois (moi non plus je n'ai jamais été payée pour les heures sup et ne vois pas pourquoi je le serais davantage sous Monsieur Plus).

Harold

« Plus de la moitié des Français, 53 %, estiment que Ségolène Royal a la stature d’un président de la République, selon un sondage IFOP. »

... L'auraient-ils trahi?

Marie-Sophie

je trouve que les journalistes passent trop sous silence ce qui se déroule dans la rue depuis dimanche. ils ne font qu'en parler sans commenter. j'ai manifesté à Caen dimanche et on était beaucoup dans les rues.il faut arrêter de s'intéresser aux casseurs et écouter ce que les autres ont à dire. les CRS sont violents et sont entraîner à taper sur tout ce qui bouge et je trouve cela scandaleux qu'on laisse faire et que les gens disent:"heureusement qu'ils ont là". pour moi, ils incarnent la violence et ne servent à rien. il faut en parler et les journalistes doivent faire leur boulot et arrêter de se taire face à la politique de Sarkozy.

bebert

si vraiment sarko veut relever la france , qu'il prenne ségo comme premier ministre au moins il aura toute la france avec lui .

et la contestation étouffé dans l'oeuf chiche

John

Malheur à l'homme qui se confie en l'homme.
Ne placez pas votre espérance dans la politique, vous serez toujours déçu.
Maintenant devant un système corrompu auquel nul ne peut rien y changer, on peut résister et sauver sa peau. Comment?
Qui cherche trouve. La vérité.

bastistouze

Article bien sympa :)

patrik

lettre ouvert a madamme royal
cher madamme !!
-cher madamme ,en peux dire que je suis curieux de savoire un peux sur toi mais c'est plus fort que moi !!vraiment c'est rare quand trouve aussi une femme de classe comme vous mais c'est un déstin qui aproche l'un a l'autre !!
-et oui ce que j'ai entendu sur le titre de votre livre "ma plus belle istoire c'est vous ",permeté de vous dire ,deriere ce titre ,bien sur qu'il ya un personnage qui cache ,et ci pour ca que je suis curieus de savoir sur lui ,,en peux dire que je les rencontré mais je te lesse une aussi belle istoire sur tes main !!mais un jour il vient de se s'leve pour qu'il nous porte sont vrais sence de la réalité !!
-merci pour votre courage ,et votre fierté ,et votre "ma plus belle istoire c'est vous "ca me fait tellement plaisire de la entendre ???
**bien a vous madamme ,et comme j'ai pas trouvé ton adresse pour vous écrire ,je peux te deviné sur un simple site qui port ton nom??

merci et bon courage !!!!
***bien sur que c'est pas mon nom mais tu peux me deviné qui je suis ,bien sur que c'est une belle istoire entre moi et toi !!!!!!!!!loll

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.