LaTeleLibre.fr

Ma Photo

Exalead

  • Un nouveau moteur 100% français

Blog powered by Typepad
Membre depuis 01/2006

COMPTEUR

« APPPEL A CANDIDATURES | Accueil | LES ENFANTS DE DON QUICHOTTE # 2 »

Commentaires

iñigo

Bien que réalisé à Barcelone, les articles de la Vanguardia sont en espagnol (en castillan, comme on dit chez nous...) et non pas en catalan. Peu importe, voici une tentative rapide de traduction (pardon pour les fautes éventuelles):

Le film débute par une scène d'une rare violence. Bernadette Chirac, le regard glacial, oublie le protocole et arrache brusquement le micro sur perche des mains du technicien du son de l'équipe de télévision qui était en train de la filmer lors d'un acte officiel. Tout le monde en reste stupéfait, alors qu'en même temps, les gardes du corps de l'épouse du président de la République procède à l'expulsion des journalistes.
Ainsi commence le film documentaire Madâme, le film, un portrait irrévérencieux de la première dame de France signé par le journaliste John Paul Lepers et le monteur Jean-Sébastien Desbordes; un film qui sera à l'affiche d'une seule salle de cinéma de Paris - et une seule - à partir du 10 janvier et sur l'internet. Commandé à l'origine par la direction de Canal+ pour être diffusé au début de l'année 2005, le documentaire n'a jamais été diffusé à l'antenne, Les responsables de la chaîne payante l'ayant jugé trop 'irrévérencieux'. Et pourtant, cette première version était bien plus édulcorée,"autocensurée" souligne même Lerpers - dans le but de rendre le reportage plus digeste. La scène du micro sur perche, par exemple, n'apparaissait pas dans cette première version.
Après le veto de la direction, Lepers abandonne Canal+ et écrit un livre sur les péripéties qui ont entouré la réalisation du documentaire, un livre intitulé Madâme, conversation impossible. A présent, Lepers a réalisé une deuxième version du film, "celle qu'il avait voulu faire dès le début", même si c'est au prix d'une diffusion marginale. Le documentaire est à la fois un portrait critique de Bernadette Chirac et le récit d'un reportage impossible. Refractaire depuis le début à ce reportage, toujours sur la défensive, l'épouse du président français refuse non seulement de collaborer avec le journaliste, mais utilise tous les moyens à sa disposition - et ils sont nombreux - pour empêcher la production du documentaire.
Connu pour ses reportages acides pour l'émission Le Vrai Journal de Karl Zéro, auteur lui aussi d'un documentaire ironique intitulé Dans la peau de Jacques Chirac, Lepers lance, alors qu'il suit Bernadette Chirac avec son équipe lors de l'un des nombreux événements officiels, "Je suis en train de faire un film sur vous", "J'espère que non", lui répond celle-ci, le regard en coin. En une seule occasion la première dame de France accepte de répondre à quelques brèves questions du journaliste, mais l'entrevue - d'une tension énorme - finit abruptement. Peu de personnes proches de Bernadette Chirac ont accepté de collaborer au documentaire. Parmi elles, un assistant très discret, aujourd'hui reconverti en Préfet, et le dessinateur de mode Karl Lagerfeld. "Elle n'admet pas les conseils - explique ce dernier en référence au caractère de l'épouse du président. Aimable? Pas nécessairement. C'est une personne qui dit ce qu'elle pense, elle est très franche". La majorité des témoignages - certains très critiques - proviennent de Corrèze, le fief des Chirac, là où ils ont édifié leur palais, le très bien gardé Château de Bity. Conseillère municipale de Sarran depuis 1971 et conseillère du département de Corrèze depuis 1979, le portrait que l'on fait d'elle est celui d'une monarque absolutiste qui règne en s'appuyant sur la peur et la concession de faveurs. "Comme sous Louis XIV", affirme l'un de ses opposants.
L'une des scènes du film recueille un enregistrement de la télévision publique dans laquelle on peut voir Bernadette Chirac harcelant brutalement un responsable de la Poste jusqu'à ce que celui-ci renonce à fermer l'officine postale de Sarran. Entre autres arguments figure celui-ci: "Mon mari est le Président de la République".

John Paul

Alors là merci iñigo ! Il n'aura fallu que deux heures en ligne pour que cette article écrit en castillan (!) trouve sa traduction en français. Vive la chaîne des blogs!
Et merci encore à vous.

kiceki

Tu vas finir comme Pierre Carles, John Paul...

GLORION nicolas

Enfin ................as tu changé quelque chose au montage final ? ( et la perche ? la verras t'on ? ) ....en tout cas , un livre + un film ..........chapeau !
au plaisir de te lire
Nicolas

Guillaume

Pour info :
Le lien vers le commentaire dans le billet renvoit sur une page inexistante.

stephane

John Paul,
Peux-tu préciser quand et comment le film sera présenté à l'Entrepot ? J'ai très envie de faire le voyage pour voir ça ! Merci pour ta réponse.

John Paul

@ stéphane,
Film Madâme au cinéma l'Entrepot, rue Francis de Préssensé, 75014, Paris.
A partir du 10 janvier, pendant au moins trois semaines, tous les soirs à 20H00!

dominique

Et pour nous qui habitons loin de Paris,y aura t'il circulation de ton film dans les cinés art et essai ?

En streaming sur ton blog ou en téléchargement comme le suggère l'article de la Vanguardia?

ps: Si je peux me permettre un site sur lequel je suis tombé, il y a quelques jours et qui me semble interessant;

http://www.syti.net/LiberalFascisme.html

@+ John Paul

Sébastien

Je ne sais pas si tu y a songé John Paul, mais au cas ou tu aurais besoin d'en faire un DVD (avec menus et tout ce qui s'en suit), je suis authoreur de métier, et j'ai une chaîne complète de pré-mastering à la maison. Donc si ça te dit, j'aime faire du bénévolat pour la bonne cause.

Et autre question, sera tu à l'entrepôt un soir pour organiser un débat et/ou une session Q&R après la projo de Madâme ?

Jean

Faudrait penser à diffuser des extraits sur le blog pendant la campagne promo.

thomas

Memes interrogations que dominique, pas moyen de se déplacer sur Paris donc grosse déception... :(

John Paul

Il semblerait qu'une salle d'Art et d'essai de Pau soit intéressée par la projection de Madâme... Par ailleurs, nous étudions la VOD, mais comme nous sommes en contact avec un éditeur vidéo, nous devons discuter avec lui.Je vous tiens au courant.

Sowinski

Chouette émission que je regarde avec délectation la nuit lors de la rediff. D'un point de vue sociologique, la signification du vote et l'expression civique semble vraiment intéressante. Un vote signifie "je soutiens ce candidat et je suis en accord avec les idées proposées"....

En fait absolument pas ! Le vote peut être détourné et le reportage le montre tout à fait ! "Je vote pour Le Pen pour qu'ils comprennent qu'on en a marre" "Je vote pour le PS car c'est Ségolène qui peut faire barrage a Sarkozy mais je n'approuve pas du tout ses idées"....bien complexe tout ça mais captivant !

Une dernière chose, durant les reportages vous utilisez UNE MUSIQUE que je cherche partout ! Dslé si c'est hors de propos mais ca m'obscède ! Ca ressemble à Phoenix mais je connais même pas le titre. Il serait possible d'en savoir plus sur vos crédits musique de reportage pour que je mène mon enquête ? ;)

Merci Citoyens !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.